.

.
Convivialité, esprit d'entraide, et création d'un lien social entre tous les plaisanciers qui fréquentent le port de Vannes

lundi 26 octobre 2020

Les 100 MN de l'APPV





Départ de VANNES le jeudi 15 octobre à 8h30.



Un vent dEst et des courants assez forts nous ont poussés vers la sortie du Golfe en moins de deux heures.


Sept voiliers se sont retrouvés devant le port du Crouesty.

Ensuite, direction Port Haliguen où nous avons retrouvé nos deux derniers voiliers : Masayumé et Olyan.


Pour ne pas changer nos bonnes habitudes un apéritif de bienvenue fut offert le soir par lAPPV.

Le lendemain le départ fut fixé à 9h. Direction la base sous-marine de Lorient.


Les neuf bateaux de lAPPV passèrent par le raccourci dEn Toul Bras toujours avec un vent dEst.


Il paraît quavec le soleil qui se levait, 

le spectacle était grandiose...


Nous arrivâmes assez rapidement sous spi 

pour la plupart devant la baie de Lorient.

Nous entrâmes en laissant Port-Louis à tribord probablement comme le faisait il y a 350 ans avant nous les goélettes, les bricks et les brigantines de la Compagnie des Indes puis direction la base sous-marine en évitant les deux épaves à lentrée, probablement comme le faisait il y a 80 ans avant nous les U-bootes allemands de la Kriegsmarine.

Miguel Léger 

 


Aprés une traversée hasardeuse et tumultueuse de la rade de Lorient, les trois complices, MASAYUMÉ EPSILON et OPPORTUNE arrivent éprouvés à Port Louis. L'aprés-midi est réservée, pour ceux qui ne les connaissaient pas, à la visite de la Citadelle et de son musée.

Le soir, dans le cockpit de MASAYUMÉ suite aux longues discussions concernant la sécurité, la météo et l'état de la mer, nous décidons d'appareiller le lendemain dimanche vers 10 h


                                                 

La traversée est rapide, en quelques bords, sous un soleil radieux et douce brise, force 4 de sud-est. Nous embouquons le Golfe  en début d'après-midi tandis que MASAYUMÉ rejoint son port d'attache, Port Haliguen. Après une nuit paisible à l'Ile aux Moines, nous rentrons à Vannes.

 

Bien que la destination de Concarneau n'ait pas été atteinte, nous garderons un bon souvenir de cette sortie"

Patrick Gillac

 


Au troisième jour, dimanche 18 octobre 2020  . . . 

 

Après la palabre sous le baobab en face du K3, compte tenu de la météo et des contraintes de date des uns et des autres, l'escale de Concarneau est élevée au rang de Mythe au même titre que Paimboeuf.

 

La majorité de la croisière appareille pour Belle Ile. 5 bateaux TARAMEA, STER OUEN, PAZENN, OLYAN, LA MUTINE, arrivent sur un seul bord et bien groupés à Le Palais, et sont accueillis sans problème pour entrer dans un bassin où la place ne manque pas.



Trois autres bateaux OPPORTUNE, MASAYUME, EPSILON, ont fait une longue traversée au moteur pour arriver eux aussi bien groupés à Port Louis.

Le bateau amiral SIRIUS nous a époustouflé par sa performance, poussant jusqu'à l'Ile aux Moines. Arrivant lui aussi bien groupé, il a pris un mouillage à Gored et n'a pas oublié de nous convier à l'apéro virtuel du soir. Il avait bien sûr pris la précaution d'embarquer les cubis et les cacahuètes. 


N'oublions pas une mention spéciale pour Jean-Claude et Maryvonne Bégot, qui ont fait le suivi et la réalisation "Images" de la croisière. Ils l'ont assuré à bord de leur camping-car dont on ne connait toujours pas le nom de baptême !

Gildas Légo

 


Une fin de croisière plutôt agréable pour les cinq iliens, LA MUTINE, STER OUEN,PAZENN , OLYAN et TARAMEA.

Départ du bassin à 16h30avec une bonne brise dEST qui permet aux bateaux groupés de se retrouver en baie de Quiberon en passant soit par le chenal des Esclassiers soit par le Beniguet à la tombée du soleil, direction LE Crouesty pour une arrivée nocturne sauf TARAMEA qui décide de passer la nuit à HOUAT. Surprise en arrivant au port de  St Gildas, pas un seul bateau sur les bouées ! (voir photo.) la marée de 115 avait fait fuir tous les bateaux ! 


Comme la marée était haute en arrivant et après un calcul judicieux de marée, TARAMEA sest trouvé un emplacement ou le pied pilote était assuré. Ouf, les calculs étaient bons, à 01h11 BM à Houat il y avait 20 cm sous notre quille ! Le lendemain une traversée particulièrement agréable, vent Est force 5, permet à TARAMEA de retrouver LA MUTINE à quai au Crouesty. Débriefing le soir de la croisière et retour aux aurores pour nos 2 bateaux ce mardi 20 à Vannes, et en passant devant la pointe dArradon, 100  miles au loch, bravo aux organisateurs qui avaient calculé les miles !


Etienne Dupont

Aucun commentaire:

Publier un commentaire