.

.
Convivialité, esprit d'entraide, et création d'un lien social entre tous les plaisanciers qui fréquentent le port de Vannes

lundi 26 octobre 2020

Les 100 MN de l'APPV





Départ de VANNES le jeudi 15 octobre à 8h30.



Un vent dEst et des courants assez forts nous ont poussés vers la sortie du Golfe en moins de deux heures.


Sept voiliers se sont retrouvés devant le port du Crouesty.

Ensuite, direction Port Haliguen où nous avons retrouvé nos deux derniers voiliers : Masayumé et Olyan.


Pour ne pas changer nos bonnes habitudes un apéritif de bienvenue fut offert le soir par lAPPV.

Le lendemain le départ fut fixé à 9h. Direction la base sous-marine de Lorient.


Les neuf bateaux de lAPPV passèrent par le raccourci dEn Toul Bras toujours avec un vent dEst.


Il paraît quavec le soleil qui se levait, 

le spectacle était grandiose...


Nous arrivâmes assez rapidement sous spi 

pour la plupart devant la baie de Lorient.

Nous entrâmes en laissant Port-Louis à tribord probablement comme le faisait il y a 350 ans avant nous les goélettes, les bricks et les brigantines de la Compagnie des Indes puis direction la base sous-marine en évitant les deux épaves à lentrée, probablement comme le faisait il y a 80 ans avant nous les U-bootes allemands de la Kriegsmarine.

Miguel Léger 

 


Aprés une traversée hasardeuse et tumultueuse de la rade de Lorient, les trois complices, MASAYUMÉ EPSILON et OPPORTUNE arrivent éprouvés à Port Louis. L'aprés-midi est réservée, pour ceux qui ne les connaissaient pas, à la visite de la Citadelle et de son musée.

Le soir, dans le cockpit de MASAYUMÉ suite aux longues discussions concernant la sécurité, la météo et l'état de la mer, nous décidons d'appareiller le lendemain dimanche vers 10 h


                                                 

La traversée est rapide, en quelques bords, sous un soleil radieux et douce brise, force 4 de sud-est. Nous embouquons le Golfe  en début d'après-midi tandis que MASAYUMÉ rejoint son port d'attache, Port Haliguen. Après une nuit paisible à l'Ile aux Moines, nous rentrons à Vannes.

 

Bien que la destination de Concarneau n'ait pas été atteinte, nous garderons un bon souvenir de cette sortie"

Patrick Gillac

 


Au troisième jour, dimanche 18 octobre 2020  . . . 

 

Après la palabre sous le baobab en face du K3, compte tenu de la météo et des contraintes de date des uns et des autres, l'escale de Concarneau est élevée au rang de Mythe au même titre que Paimboeuf.

 

La majorité de la croisière appareille pour Belle Ile. 5 bateaux TARAMEA, STER OUEN, PAZENN, OLYAN, LA MUTINE, arrivent sur un seul bord et bien groupés à Le Palais, et sont accueillis sans problème pour entrer dans un bassin où la place ne manque pas.



Trois autres bateaux OPPORTUNE, MASAYUME, EPSILON, ont fait une longue traversée au moteur pour arriver eux aussi bien groupés à Port Louis.

Le bateau amiral SIRIUS nous a époustouflé par sa performance, poussant jusqu'à l'Ile aux Moines. Arrivant lui aussi bien groupé, il a pris un mouillage à Gored et n'a pas oublié de nous convier à l'apéro virtuel du soir. Il avait bien sûr pris la précaution d'embarquer les cubis et les cacahuètes. 


N'oublions pas une mention spéciale pour Jean-Claude et Maryvonne Bégot, qui ont fait le suivi et la réalisation "Images" de la croisière. Ils l'ont assuré à bord de leur camping-car dont on ne connait toujours pas le nom de baptême !

Gildas Légo

 


Une fin de croisière plutôt agréable pour les cinq iliens, LA MUTINE, STER OUEN,PAZENN , OLYAN et TARAMEA.

Départ du bassin à 16h30avec une bonne brise dEST qui permet aux bateaux groupés de se retrouver en baie de Quiberon en passant soit par le chenal des Esclassiers soit par le Beniguet à la tombée du soleil, direction LE Crouesty pour une arrivée nocturne sauf TARAMEA qui décide de passer la nuit à HOUAT. Surprise en arrivant au port de  St Gildas, pas un seul bateau sur les bouées ! (voir photo.) la marée de 115 avait fait fuir tous les bateaux ! 


Comme la marée était haute en arrivant et après un calcul judicieux de marée, TARAMEA sest trouvé un emplacement ou le pied pilote était assuré. Ouf, les calculs étaient bons, à 01h11 BM à Houat il y avait 20 cm sous notre quille ! Le lendemain une traversée particulièrement agréable, vent Est force 5, permet à TARAMEA de retrouver LA MUTINE à quai au Crouesty. Débriefing le soir de la croisière et retour aux aurores pour nos 2 bateaux ce mardi 20 à Vannes, et en passant devant la pointe dArradon, 100  miles au loch, bravo aux organisateurs qui avaient calculé les miles !


Etienne Dupont

samedi 8 août 2020

"HORIZON" sur la trace du Ponant.

C’est un été très particulier en 2020, rythmé par des informations plus ou moins alarmistes sur l’état sanitaire de notre pays et du monde en raison du COVID 19 qui sévit un peu partout.

De cette situation, nos projets ont été bien moins ambitieux (mais néanmoins intéressants), comparés aux années précédentes, d’autant que la météo « n’a pas joué le jeu ». Bref nous sommes partis pour faire du cabotage vers l’Ouest et donc au Sud de la Bretagne.

 

Notre première découverte: Étel et sa barre que nous avons passée en douceur, dans de bonnes conditions, avec l’aide du sémaphore (canal 13), que nous visiterons. Surprise, nous y retrouvons un membre de la CPM qui tenait le port de Houat !

Ce sémaphore a été longtemps tenu par une femme (qui habitait sur place), qui a guidé les bateaux année après année. 


Nous avons pu également matérialiser le Cross Etel qui se trouve à qcq encablures du port.

Nous aurions aimé voir la barre mais les effets ne sont visibles que lors de conditions particulières (marées, houle, vent etc...). 

Autre visite : le musée des thoniers qui relate l’histoire d’Etel depuis le XIXème siècle et ses transformations (passage de la pêche à la sardine à celle du thon). Ceci a fait augmenter le nombre de conserveries et a été à l’origine de la construction de la grande glacière. Aujourd’hui, cette activité économique a été partiellement remplacée par l’activité touristique, même si le niveau économique n’est pas comparable. 


Enfin Etel a été profondément marquée par la tragédie survenue le 3 octobre 1958. Alain Bombard, a voulu tester son nouveau canot de sauvetage. Il a voulu affronter la barre d’Etel par très mauvais temps pour faire la démonstration de son efficacité. Cette tentative s’est soldée par la mort de pas moins de 9 braves secouristes de la mer qui se sont portés à son secours et qui ont connu « une avarie moteur » dûe à un bout qui s’est pris dans leur hélice. 


Du Port d’Etel, avec une vedette à passagers, nous avons remonté la Ria du même nom (qui se nomme Aber dans le Finistère) en passant sous le pont Lorois, endroit le plus étroit avec un fort courant qui peut aller jusqu’à 12 nœuds, puis Saint Cado et la presqu’île « La Forest ». Un bon moment, avec des commentaires personnalisés et intéressants. 


Nous profitons de notre escale pour déjeuner au Bistrot du Thon (qui possède des dizaines de recettes réputées) et qui affiche « Le Routard » depuis de nombreuses années. Nous vous le recommandons, histoire de rester dans le thème de la mer.  

A noter que la sortie Etel  était prévue l’an passée en flottille avec l’Appv, mais la météo nous y a fait renoncer.

 

Notre deuxième découverte: l’île de Groix et le charmant Port Tudy. Nous y faisons une courte escale en décidant d’y revenir plus longuement pour y faire le tour à vélo. 

 

Notre troisième découverte: Port Louis. Nous profitons d’une journée très pluvieuse pour visiter le comptoir des Indes ainsi que le musée de la Marine, tous deux au cœur de la citadelle, que nous vous recommandons de visiter. 


Nous faisons un passage sur la presqu’île de Gâvres avec l’aide d’un passeur à la recherche de l’endroit où Murièle s’est exercée à la planche à voile il y a qcq dizaines d’années !

 

Notre quatrième découverte: la Cité de la Voile de Lorient qui porte le nom de d’Eric Tabarly. Après une visite du sous marin « Le Flore » - qui nous a conforté dans l’idée que cet espace confiné n’est pas fait pour nous- un guide nous a fait découvrir la base sous marine K3, quasi imprenable, construite par les Allemands pendant la seconde guerre mondiale. 


La journée se termina par le musée Tabarly, très pédagogique, mais peut-être peu adapté pour les grands navigateurs que sont les membres de l’Appv! 

 

La météo ne nous a pas permis d’aller jusqu’aux Îles du Glenan, notre « petit objectif », mais ce n’est que partie remise. 


En revanche, nous avons rencontré Taramea à Houat avec lequel nous avons partagé une belle soirée. Un amarrage toujours aussi sportif…avec un bout d’environ 50 mètres pour rejoindre le quai.

 

A noter cette année la présence d’un des nouveaux bateaux du Ponant « Le Jacques Cartier » que nous avons croisé au sortir du Crouesty mais également au sortir de Houat. Comme vous le verrez, nous lui avons fait porter le guidon de l’Appv! Nous ne sommes pas peu fiers de le compter parmi nos adhérents. 


La saison estivale (de navigation) n’est pas terminée et d’autres escales nous attendent. 


L'année prochaine, nous avons en tête d’aller en Méditerranée en passant par Bordeaux, la Garonne et le canal du midi. Espérons que les conditions sanitaires nous le permettront…

 

Murièle & William

mardi 14 juillet 2020

Un site d’échange de voiles d’occasion entre particuliers


La Bonne Voile c’est comme Le Bon Coin mais entièrement consacré aux voiles. On y trouve à tous les prix des voiles d’avant, de portant, grandes ou petites, neuves, usées, mais aussi hors d’usage ou du moins pour un autre usage que celui de la navigation à voile… Faites travailler votre imagination.
Une merveilleuse idée pour simplifier le marché de l’occasion, ou le don entre particuliers… Car le vendeur fixe lui-même son prix. Libre à lui d’essayer de tirer bénéfice d’une voile qui n’a plus lieu d’être à bord ou dans sa remise, libre à lui à de la brader ou de la donner !



https://www.labonnevoile.com

Communication de Patrick TOWNSEND à l'attention de tous les adhérents.
"Site réalisé par ma belle-fille Lorraine Le Jan".

dimanche 12 juillet 2020

Le grand retour du ministère de la mer...


Le récent remaniement du gouvernement a donné lieu à la réapparition d'un ministère de la Mer, dirigé par Annick Girardin, après des années d'absence. 

jeudi 2 juillet 2020

Notre sortie en flottille direction Paimboeuf

Vendredi 26 juin : ça y est le vrai déconfinement va commencer à l’APPV.
Nous voilà partis pour un grand WE destination Paimbœuf en plusieurs étapes, la première sera Piriac.
Le GFS 13 nous donne (d’autres auraient pris l’arôme 1,3 ou 2,5 voire même des grib) du W SW à 10 N, les marées à Piriac sont à 15h24 avec 1,38m et 21h17 avec 4,88m. Ah j’oubliais, 1003 Hpa pour les calculs de hauteur d’eau pour les plus furieux, oui il faudra ajouter 10 cm et enlever 10 autres pour ceux qui amènent le succulent repas offert par notre club et préparé par les plus grands traiteurs de la région, dixit Miguel.
Voilà, nous avons toutes les infos pour rallier Piriac, une partie de la flotte part de Vannes, une autre du Crouesty et un équipage est déjà en standby sur zone.




18h30, Taraméa, Horizon, Men Gamou, La Mutine II, Men Goé III, Olyan, Opportune, Masayumé, Pazzen et Sirius II sont amarrés de chaque côté du ponton C. Deux tables sont dressées sur le quai pour servir cet apéro dînatoire. 

Le président nous fait un court discours bien sympathique en soulignant que cet apéro est offert par le club avec les économies faites, durant le confinement, suite aux annulations des réunions du vendredi soir et en  précisant que nous devons, autant que possible, respecter les gestes barrières mais qu’il n’était pas  utile de garder le masque pour boire à la santé du club.
Apéro, pain surprise, canapés, coquilles de macédoine mayo œuf dur, poulet, rôti de porc, plateau de fromages et nous finissons sur un excellent blanc manger aux fruits rouges ou un rouge manger aux fruits blancs, je ne sais plus, le tout accompagné de vins rouge, rosé et blanc. En fin de soirée nous étions complètement déconfinés.



Samedi, nos GO Patrick et Miguel font bien les choses, une journée de nav et une de repos, c’est une reprise tout en douceur. Nous restons finalement à Piriac, avec un peu d’air autour de 20 25 et des pointes à 29 Nœuds dans le port et sûrement une belle mer bien courte dehors; sale temps pour le corona. C’est un bon choix validé par tous les équipages. Nous en profitons pour aller au beau marché de Piriac et le soir nous finissons les restes et de beaux restes à l’image de notre président.

Dimanche matin: allons-nous atteindre enfin notre Graal? Paimbœuf.
Après deux réunions le matin, y allons-nous, non nous n’y allons pas et puis si. Taraméa n’en pouvait plus il a pratiquement rompu ses amarres tellement il avait envie de naviguer et part devant avec notre président à la barre, non pas Manu, Étienne.
S’en suivent Men Gamou et Men Goé qui rentrent dans le golfe puis notre nippon (ni mauvais) Masayumé de port Haliguen sur les traces de notre président, et puis là nouvelles réunions et nous décidons de rallier plutôt Pornichet au vu de la météo des prochaines heures. Après quelques appels téléphoniques et VHF nous réussissons à contacter la tête de la flotte et notre ami Awel Mat déjà en standby à Pornichet.

Nous sommes tous arrivés en milieu d’après-midi sous un petit crachin breton, arrimés tous sur le même ponton; ce sera plus facile pour l’apéro du soir et tant mieux si les soldes ne commencent que dans deux bonnes semaines, 5 kms de moins à faire à pieds et une carte bleue qui reste bien froide. Il a quand même du bon ce Covid !


Lundi matin, plus besoin de réunion tout le monde sait ce qu’il veut faire : Opportune et Masayumé descendent vers Pornic, La Mutine II remonte vers Piriac pour déposer leurs équipiers Maryvonne et Jean Claude, les autres en direction du Golfe.
Merci à Chantal, Bernard, Éric, Élisabeth, Christian, Murièle, William, Hélène, Annick, Miguel, Gilles, Étienne, Jean Pierre, Gildas, Gaby, Maryvonne, Claude, Gilles, Thérèse, Édith, Patrick, Yannick, Pierre, Brigitte et Daniel pour ce moment de grande convivialité. A refaire sans modération.

Nous étions pour la plupart dans la tranche d’âge plus à risque d’une forme grave du Covid mais on peut dire aujourd’hui que si le corona virus nous a croisé il pourrait bien être en isolement pendant 14 jours en raison de son exposition pendant ce grand WE aux membres de l'APPV.

Portez-vous bien et au plaisir de se retrouver très bientôt.
Daniel Gachignard

Mot de l’APPV : Pour ceux qui ne connaîtraient pas Daniel, sachez qu’il est en train de préparer la traversée de l’Atlantique dans le cadre de l’association ADEPA (Association de Défense et d’Etude des Personnes Amputées) avec un équipage Handis-valides. Il s’agit d’une traversée de l’Atlantique entre les Canaries et Marie-Galante via Les Iles du Cap Vert. Le départ, prévu le 31 Octobre de cette année, a été repoussé à Octobre 2021 à cause du Covid-19. Puis, des navigations se feront dans l’arc antillais pour les membres amputés de l’ADEPA et leurs accompagnants en priorité.

samedi 13 juin 2020

Balise entrée au port de Vannes

A tous les navigateurs: une balise verte tribord à l'entrée du port de Vannes, avant le pont de Kérino a été détruite.

Une bouée ROUGE ! semble marquer l'endroit... Soyez prudents.

Nota: Un message de la Capitainerie à tous les navigateurs serait adapté en de telles circonstances.

L'APPV



lundi 25 mai 2020

Première sortie après confinement, par Horizon.

Le jeudi 14 mai 2020 à 11h00: Le Préfet du Morbihan annonce l’autorisation de naviguer et l’ouverture des ports… Le même jour à 13h30, HORIZON prend la poudre d’escampette sans tarder pour un « round dans l’eau » histoire de se remettre dans le bain.

A la faveur du temps quasi estival et après 2 mois de confinement, l’envie était trop grande de reprendre contact avec la mer. Dans les ports, on constate comme un frétillement, les pontons s’animent, les plaisanciers astiquent les bateaux, vérifient le matériel et quelques acrobates ajustent les voiles.

De grands triangles blancs commencent à se dessiner à l’horizon et des pêcheurs reprennent leur place. Ce n’est certes pas l’affluence des mois d’été, mais la vie reprend son cours tout doucement (tout au moins pour les locaux, compte tenu de la restriction des 100 km à partir du domicile). Poissons et sirènes n’ont qu’à bien se tenir : fini la tranquillité !

A port Haliguen, qui ne connaît pas encore le grand rush, les gestes barrière sont appliqués : à la capitainerie, l’accueil se fait avec le port du masque, la distanciation règlementaire et le gel hydroalcoolique à disposition. Dans les sanitaires, 1 WC sur 2, 1 lavabo sur 2 et 1 douche sur 2 sont condamnés. Le nettoyage est assuré 2 fois par jour, les nombreuses affiches et le marquage au sol nous rappellent la bonne attitude citoyenne à respecter.

La sécurité sanitaire semble assurée, à nous de respecter les consignes dans l’intérêt de tous. L’accueil sur le bassin se fait dans les conditions habituelles : appel sur la VHF et réponse rapide de la capitainerie qui se charge d’envoyer un zodiac pour le placement.

Nous mettons à profit notre petite virée à Quiberon pour longer - à pied cette fois - la magnifique côte sauvage, peu fréquentée ce jour, sous un soleil radieux, la mer se confondant avec le ciel.

Au retour, nous faisons un mouillage forain à Ilur, le temps d’un déjeuner et d’une baignade « bien méritée ». Ce fût aussi l’occasion de rencontrer SIRIUS (grâce à qui le repas fut assuré par des éperlans) et ODIN (nouvelle vedette dans le port de Vannes) avec qui nous nous sommes mis à couple.




A noter qu’il n’est pas autorisé pour l’instant de débarquer sur les îles, seule la contemplation est possible à partir d’un mouillage forain.

Il faudra plus d’un virus pour arrêter les plaisanciers attirés comme des mouches, vers la mer (bien sûr, tout en étant respectueux des règlementations).

Horizon



Avant de Naviguer, par SIRIUS

Avant de naviguer Il a fallu retrouver notre bateau, que nous n’avions pas vu depuis 2 mois. En effet, nous habitons à 1023 mètres de notre voilier donc impossible d’aller lui rendre visite pendant le confinement, sans enfreindre les règles.

Nous l’avons retrouvé, sale évidemment, mais les batteries n’étaient pas déchargées le moteur a démarré du premier coup.

Voici ce que nous aurions pu retrouver sur notre bateau, mais il s'agit en fait d'un bateau ami !

Photo de Serge.P, ami de Cloé Nascimo


Ensuite il a fallu deux jours pour tout nettoyer, ranger, réinstaller les voiles que nous avions enlevées pour l’hiver et faire l’avitaillement.

Les premiers bateaux à sortir ont été les bateaux moteurs. Ils avaient tous le sourire et l’air de nous narguer, nous qui étions empêtrés dans nos voiles drisses et autres cordages.

Pas de ficos sur l’hélice, la coque semble propre, Sirius ne demande plus qu’à partir.
Enfin un matin nous voici devant le pont de Kerino puis Conleau et Roguedas. 5 à  10 noeuds de vent, parfait pour mettre les voiles et vérifier que tout est en ordre.

Par respect pour celles et ceux qui sont bloqués par la règle des 100 km, je ne parlerai pas du bonheur que procure cette première sortie et de voir son voilier glisser sur l’eau. Mais ce n’est pas non plus la grande Liberté retrouvée.

L’île aux Moines et l’île  d’Arz sont interdites aux non résidents, les ports sont fermés et la prise des bouées également interdites.

Les premiers plaisanciers sont rassemblés derrière l’île Longue, la Jument et Ilur bref dans tous les mouillages sauvages.

Ce soir le Ministre va parler et j’espère qu’il annoncera qu’il lève la limitation des 100 km et que chacun puisse retrouver son bateau. En mer il n’y a pas de virus.....

SIRIUS II

dimanche 17 mai 2020

8 semaines de confinement !

Chers adhérents,

Nous venons de passer une période inédite de confinement, qui a commencé le lundi 16 mars et qui s’est « terminée » le Lundi 11 mai, soit d’une durée de 8 semaines.

Chacun a vécu différemment cette épreuve en fonction de ses conditions de vie, de sa situation professionnelle, personnelle et familiale.

Quoiqu’il en soit, nous vous espérons en bonne santé ainsi que tous vos proches.

Nous faisons également le vœux que le Covid-19 s’éloigne de nous et nous donne l’occasion de profiter autant que possible, des plaisirs nautiques (même avec des contraintes et restrictions).

Comme vous avez pu le constater, les activités (dont les sorties programmées) ont été très largement chahutées et nous pouvons imaginer qu’il en sera de même pour les mois à venir.

Nous suivons l’actualité de près et vous informerons de toute évolution significative.

Nous souhaitons une bonne reprise maritime (prudente), pour ceux qui ont accès à l’Atlantique. Nous avons également une pensée très amicale pour tous ceux qui aujourd’hui sont éloignées ou encore empêchés et qui devront encore patienter.

Amitiés nautiques.

Etienne DUPONT
Président de l’APPV.

dimanche 22 mars 2020

Désenvasement du port...


Le Télégramme du 21 mars 2020.



Le chantier de désenvasement du port de Vannes est suspendu pendant la période de confinement.
Le chantier de désenvasement du port de Vannes est suspendu pendant la période de confinement. Confinement oblige, le chantier de dragage du port de Vannes est suspendu jusqu’à nouvel ordre. Mardi, jour où les opérations ont été stoppées et le matériel mis en sécurité, entre 10 % et 15 % du chantier avaient été réalisés sur un secteur compris entre le port de commerce et la Navix. Une bathymétrie effectuée mardi et dont le résultat est attendu devrait permettre d’affiner cette estimation.
« Nous avons mis en sécurité la drague qui reste amarrée au ponton A », explique Maxime Jolly de la société Solvasol. « Pendant toute la période de confinement, un plan de continuité a été mis en place : l’entreprise Marc SA va passer une fois par semaine sur le chantier pour contrôler le bon amarrage ainsi que le bon état de la canalisation flottante. Un contrôle hebdomadaire sera également opéré au niveau de la lagune ».
Combien de temps la suspension va-t-elle durer ? « Cela dépend du confinement et je n’ai pas de boule de cristal », dit Maxime Jolly. Mais nous avions pris un peu de sécurité par rapport au planning. Faudra-t-il augmenter les cadences une fois l’épidémie disparue ? « C’est en fonction du coût » !

vendredi 13 décembre 2019

Prestation de plongeur pour l’APPV




Un essai a été effectué sur SAMY JO le 5 décembre, sous l’œil attentif de Miguel, Etienne, William, Jean-Claude et Maryvonne. L’intervention a surtout portée sur la quille et le moteur d’étrave (qui était complètement bloqué).
Après ¾ d’heure de plombée, Youri est remonté satisfait, malgré le manque de visibilité dans cette eau sombre. 
Jean-Claude, quant à lui a pu remettre son moteur en marche avec un grand sourire…


Youri LE CRAS en intervention sur SAMY JO


 

LES CARENEURS BRETONS
Youri LE CRAS
O6 23 16 08 24
Siret : 878 934 710 00012

Les Caréneurs Bretons mettent leurs compétences à votre service pour :
-   Inspecter/Entretenir la coque de votre bateau à flot.
-   Changement d'anodes, d'hélices, safran...
-   Recherche d'objets perdus, bout dans l'hélice

Avantages de l'entretien à flot :
-   Réduction de la consommation de carburant.
-   Espace les intervalles de passage à sec et de maintenance.
-   Augmente la durée de vie des revêtements anti-corrosion et antifouling.

Notre entreprise est basée à Vannes, nous intervenons en sous-traitance avec le centre de plongée H2JO au Crouesty et nous sommes maintenant partenaires de l’APPV.

Nous nous déplaçons dans toute la région Morbihannaise, voire plus…

L'intervention sera faite dans l'heure suivant votre urgence, du lundi au samedi.

Notre équipe, est formée plongeurs professionnels classe IIA.


TARIFS + frais kilométriques (0,90euros/km).
PARTIE du BATEAU
TARIFS
Nettoyage complet/Inspection/Changement d’anodes
2h30-3h

120 euros/heure
Hélice/Arbre d’hélice/Propulseur d’étrave/Inspection
Environ 1h30

180 €
Quille/Bulbe/Ailettes/Ligne de flottaison/Inspection
Environ 1h30

180 €


TARIFICATION SPECIALE POUR LES MEMBRES DE l’APPV (*) :
REDUCTION SUR NOS TARIFS DE 15% TTC  et pas de frais kilométriques.
PARTIE du BATEAU

TARIFS
Nettoyage complet/inspection/Changement d’anodes
2h30-3h
(Deux fois 1h30 dans une demi-journée)

100 €/heure
Hélice/Arbre d’hélice/Propulseur d’étrave/Inspection
Environ 1h30

150 €
Quille/Bulbe/Ailettes/Ligne de flottaison/Inspection
Environ 1h30

150 €
Nota : Le temps et le travail pour chaque bateau est variable selon son état et ses caractéristiques.

FORFAIT SPECIAL FICOS (port de Vannes)
Tarifs
Hélice et arbre d’hélice (ou sail drive et hélice)
80 euros
Ci-dessus + moteur d’étrave
110 euros


 (*) : Réduction sur présentation de la carte d’adhérent de l’année en cours.