.

.
Convivialité, esprit d'entraide, et création d'un lien social entre tous les plaisanciers qui fréquentent le port de Vannes

mardi 9 janvier 2018

Vannes : un recours des plaisanciers contre le skatepark !

Un recours des plaisanciers contre le skatepark du port vient d'être déposé auprès du maire de Vannes

L'Association des plaisanciers du port de Vannes (APPV) vient de déposer un recours gracieux auprès du maire de Vannes David Robo concernant le futur skatepark qui devrait voir le jour cet été sur la rive droite du port.
Le 21 décembre, l'Association des plaisanciers du port de Vannes (APPV) a déposé un recours gracieux auprès du maire de Vannes concernant le futur skatepark qui devrait voir le jour cet étésur la rive droite du port.
Ses membres réclament le déplacement du projet. « On n'est pas contre la création d'un nouvel équipement de ce genre, mais pas à cet endroit, car ça posera des problèmes de sécurité à ses utilisateurs, sans parler des nuisances sonores... »
Le recours met l'accent sur six points. Il en sera plus largement question, lors de l'assemblée générale de l'association qui se tiendra ce samedi.
Cet espace de 970 m2 sera dédié aux skateboards, aux rollers, aux BMX et aux trottinettes. Il ne comprendra pas de modules en plastique ou en bois mais des obstacles (vingt au total, qui seront fusionnés et non pas isolés). Le tout sera conçu en béton, jugé moins bruyant. Plans inclinés, marches, rails... devraient lui permettre d'être homologué pour la compétition. L'appel d'offres vient d'être lancé.

Continuité avec l'esplanade

« Cet équipement a été pensé pour la pratique du « street » (qui utilise le mobilier urbain) par opposition au « bowl » (qui nécessite des rampes en creux de grandes dimensions en forme de bol). Ça va éviter de creuser pour enterrer le skatepark. Cette configuration était impossible en raison des risques d'inondation. On s'adapte parfaitement aux lieux avec cet équipement aménagé à plat », explique Samuel Stambul, de Constructo SkateparkArchitecture.
La société marseillaise, désignée maître d'oeuvre de l'opération vannetaise, compte une centaine d'équipements du genre à son actif.
« Le projet a été conçu dans une certaine continuité de l'aménagement urbain de la Rabine, afin de gommer les limites entre équipements sportifs et espace public », précise le cahier des charges.
Pour renforcer la continuité urbaine de l'esplanade, le projet prévoit la mise en place de dalles en granit autour du skatepark et un prolongement du platelage bois qui marque la limite entre le mail et les quais du port. « Ça n'était pas prévu initialement mais pour l'intégration dans son environnement, c'est mieux », fait remarquer Samuel Stambul.

Mise en service en juillet

En fonction de l'avancement de l'appel d'offres, les travaux d'aménagement devraient démarrer en février-mars 2018, pour une mise en service fin juillet. Quatre mois de chantier seront nécessaires pour le skatepark et un mois pour les abords. Coût prévisionnel : 300 000 €.
@Ouest-France

Aucun commentaire:

Publier un commentaire