.

.
Convivialité, esprit d'entraide, et création d'un lien social entre tous les plaisanciers qui fréquentent le port de Vannes

mardi 6 mars 2018

Sortie APPV "sans bateau" du 3 mars 2018

Ce sont 20 membres de l’APPV qui ont répondu présents à cette sortie « hiver », qui annonce l’ouverture prochaine de la saison de navigation. 
Sortie organisée par Miguel - avec sa commission - et le talent qu’on lui connaît…


C’est donc en convoi et non pas en flottille que nous nous sommes rendus à Batz- sur-mer (entre la Baule et le Croisic), sous un ciel mi-figue, mi-raisin, pour découvrir le Grand Blockhaus qui a servi de poste de commandement du mur de l’Atlantique.

Un blockhaus parmi d’autres, direz-vous ? Il y en a tellement sur la côte Atlantique.
Mais pas tout à fait !
Celui-ci a été ressuscité de ses cendres tel un phénix par deux amoureux de l’Histoire : Luc et Marc Braeuer.
Ces deux passionnés ont cherché, recueilli, découvert, organisé des témoignages, des documents pour faire revivre l’histoire de ce blockhaus, celle d’une région, mais aussi cette période difficile que fut la seconde guerre mondiale.

Sans reprendre les causes et la chronologie de cette période (nous vous renvoyons à vos cours d’histoire…), la construction de ce bloc d’observation (vue à 360°) à l’embouchure de la Loire, en 1942, par les Allemands, s’inscrit dans la défense de la côte Atlantique, appelée, « Mur de l’Atlantique », contre toute tentative de
débarquement. En effet, le Allemands pensent que, si débarquement il y a, ce sera forcément dans un Port (Saint-Nazaire, Lorient etc…). Idée démentie, bien sûr par la suite !

Ainsi, ils renforcent la surveillance de cette zone en ponctuant la côte de blockhaus.
Pour le rendre invisible des aviateurs alliés, les Allemands ont eu « la riche idée » de le décorer de fenêtres, portes, escalier, murs en brique, toits en trompe l’œil, apparaissant ainsi comme une grande villa du bord de mer. Les canons ne sont pourtant pas loin : six sont situés autour du blockhaus comme DCA et deux autres postés à 500 mètres (d’une portée de tir de 22Km en direction de la mer).
Le blockhaus est construit à 15 mètres au dessus du niveau de la mer, sur 3 étages, dont un sous-sol, avec des murs en béton armé de 2 mètres d’épaisseur, en l’espace de 3 mois, comme savaient le faire les Allemands. Il ne sera jamais attaqué par les Alliés.

Les salles comportent des objets, des scènes représentant la vie dans le blockhaus et des documents (photos, vidéos) relatant quelques évènements : l’opération « Chariot », la disparition du « U Boot 455 », le naufrage du paquebot Lancastria, la signature de la reddition de la poche de Saint Nazaire, deux jours après la capitulation de l’Allemagne etc… pour n’en citer que quelques uns.

Ce que l’on retiendra (entre autre) de cette visite, qui nous a plongé dans cette période douloureuse, mais combien riche, ce sera bien sûr l’Histoire avec un grand « H », mais aussi les histoires, celles d’hommes et de femmes-Allemands ou non, qui ont traversé ces évènements tragiques (comme spectateurs ou acteurs), certains
comme des héros (nous pensons en particulier à ce jeune soldat du Lancastria qui frôlera plusieurs fois la mort). 
Petites histoires que Luc et Marc Braeuer ont su relater et rendre vivantes.

Un bon repas bien mérité nous attendra au « Ty Mad » du Croisic que Miguel a judicieusement choisi. Nous nous sommes régalés du début jusqu’à la fin dans une ambiance très conviviale.

Après ce succulent repas et des forces retrouvées, nous sommes allés à pied découvrir nos amis les poissons à l’Océarium du Croisic. Une visite guidée, riche en informations nous a permis de (re) découvrir les poissons locaux (que certains imaginaient déjà dans leur assiette), mais aussi d’autres espèces du Lagon, plus
exotiques. Nous avons pu donner à manger aux Manchots du Cap, mais aussi suivre l’évolution des raies du Pacifique, ainsi que de plusieurs espèces de requins d’Australie.

Bref, une belle journée qui nous laissera de bons et nombreux souvenirs à tous nos amis navigateurs. 

Et un grand merci à la commission « sortie » qui a assuré une
parfaite organisation, pour notre plaisir.

Muriel et William

Aucun commentaire:

Publier un commentaire